The « Gould Collection Series » : entretien avec Russet Lederman

img_changeChère Russet, je te remercie de bien vouloir m’accorder un peu de temps lors de ton séjour parisien à l’occasion de Paris Photo 2016. Je voudrais profiter de cette occasion pour que tu présentes le projet « The Gould Collection Series » et son premier opus qui a été publié en septembre dernier (2016). Tu es auteure, chercheure et collectionneuse de livres de photographie. Pour ce projet, tu as travaillé avec deux coéditrices, d’une part Yoko Sawada, qui a travaillé avec Kōtarō Iizawa au sein du magazine Déjà-Vu dans les années 1990 et qui est aujourd’hui directrice d’Osiris Books (Tokyo), et d’autre part Laurence Vecten, directrice de Lozenup et rédactrice photo freelance qui travaille entre autres pour Le Monde (Paris). Ce projet a été réalisé en hommage à Christophe Crison, collectionneur de livres de photographie japonais, qui est décédé prématurément l’année dernière. J’ajouterai que présenter ce projet sur Écho, me tient particulièrement à cœur, car Christophe faisait partie de l’équipe à l’origine de ce blog. Il s’agit donc aussi de lui rendre hommage avec ce post.

C. L. Comment est venue l’idée de la « Gould Collection Series » ?

R. L. Christophe était constamment en train de chercher des informations, des textes, des livres, en rapport avec ses sujets de prédilection. Lorsqu’on lui disait que l’on cherchait quelque chose, le lendemain on recevait un e-mail avec tout ce qu’il avait pu trouver sur le sujet. C’était quelqu’un capable de dénicher des informations que personne d’autre n’aurait su trouver. C’était aussi quelqu’un qui connaissait beaucoup de monde. Je savais par exemple que Yoko Sawada le connaissait très bien, alors je lui ai demandé ce que les gens faisaient au Japon pour rendre hommage à une personne après son décès. Aux États-Unis, nous organisons une collecte pour faire un don au nom de la personne à une Fondation de recherche ou d’entraide. Elle m’a répondu qu’au Japon, il n’était pas coutume de faire ce genre de chose et, à la place, elle m’a proposé de faire un livre avec des œuvres de photographes qu’il appréciait particulièrement. Cela correspondait parfaitement à Christophe, puisqu’il était un collectionneur de livre de photographie japonais absolument passionné. Je savais que Christophe s’intéressait aussi à la littérature, au cinéma et à de nombreux autres domaines créatifs. C’était quelqu’un de très curieux. J’ai donc proposé à Yoko de combiner photographie et littérature.

Photographie Mikiko Hara, "Change", Gould Collection Series, 2016

Photographie de Mikiko Hara, livre « Change », éd. The Gould Collection Series, 2016

C. L. Pourquoi le choix s’est-il arrêté sur Mikiko Hara et Stephen Dixon pour le premier opus ?

R. L. D’abord nous avons réalisé une courte liste de photographes. Il fallait que ce soit des photographes que Christophe appréciait particulièrement. Et pour des raisons pratiques, il fallait aussi que cela soit des personnes qui nous aideraient dans ce projet, notamment en ce qui concerne les droits d’auteurs. Nous avons choisi Mikiko Hara. Elle était déjà connue aux États-Unis, elle a entre autres exposé au Getty Museum lors de l’exposition de groupe In Focus: Tokyo (5 août — 14 décembre 2014). Et jusqu’à présent je crois qu’elle n’avait réalisé que deux livres de photographie These are Days (Osiris, 2014) et Hysteric Thirteen (Hysteric Glamour, 2005). Donc nous avons décidé d’utiliser ses images. Nous devions ensuite trouver un auteur avec une sensibilité proche.

Christophe m’avait présentée à Stephen Dixon, un auteur New Yorkais qui a été deux fois finaliste du National Book Awards pour des fictions et qui a aussi été Professeur à l’université Johns Hopkins. C’est étonnant, car lorsque nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes rendu compte que nous habitions dans la même rue et que sa femme avait fréquenté la même université que moi. Nous aurions dû nous connaitre depuis longtemps, mais la vie a fait que ça n’était pas le cas. Ce fût finalement grâce à cet homme en France, Christophe, que nous avons fait connaissance. Je crois que Stephen a eu une grande influence sur Christophe. Un côté un peu paternel. D’ailleurs, le nom du compte Tumblr de Christophe était Gould book binder. Or, Gould book binder est le protagoniste d’une des histoires écrites par Stephen. Nous avons donc décidé de choisir Stephen pour le premier auteur et « Gould » pour nommer le projet. Il y a un court texte au début du livre qui explique pourquoi nous avons choisi ce nom.

img_change_firstpageofstory

Photographie de Mikiko Hara et texte de Stephen Dixon, livre « Change », éd. The Gould Collection Series, 2016

C. L. Qu’est-ce qui rapproche le travail de ces deux artistes ?

Pour moi, les photographies de Mikiko expriment un sentiment d’isolation, d’abandon. Nous sommes en permanence entourés de gens dans notre vie quotidienne et pourtant nous ressentons une certaine solitude. Dans les textes de Stephen Dixon, il en va de même. Il parle de connexions ratées, des gens qui essaient de se parler, mais qui se loupent, qui passent à côté les uns des autres. Donc nous avons associé les deux. J’ai toute la collection de nouvelles de Stephen (c’est pour ce type de texte qu’il est le plus connu). Je les ai toutes relues. Je lui ai parlé du projet et il m’a donné carte blanche pour choisir la nouvelle qui nous convenait le mieux. J’ai choisi Change. Ce titre est très évocateur. L’histoire tourne autour d’un homme qui se rend compte qu’il n’a pas été très sociable avec ses voisins, qu’il s’est enfermé dans son petit monde personnel. Il veut changer cela et il décide de commencer par saluer ses voisins le matin en allant chercher le journal, mais il s’y prend mal, alors la situation dégénère de façon grotesque. Il est entouré de gens, mais il n’arrive pas à créer de relation avec eux. Mikiko nous a aussi laissé carte blanche. Avec Yoko et Laurence, nous avons donc regardé toutes ses photographies et nous en avons sélectionné une quarantaine qui ont été prises entre 1996 et 2009. Dans ses photographies, nous avons toujours le sentiment que les personnes sont en train de la regarder, mais sans pour autant fixer l’objectif. Cela résulte du fait que Mikiko tient son appareil au niveau des hanches lorsqu’elle shoot. Alors dans ses images aussi, il y a ce sentiment de connexion ratée, d’à côté.

« Change », The Gould Collection Series, 2016

« Change », éd. The Gould Collection Series, 2016

C. L. Qu’en est-il de la composition du livre ?

R. L. Après avoir choisi la photographe et l’auteur, il nous fallait un Designer pour réaliser la maquette du livre. Nous avons fait appel à Tadao Kawamura, un Designer d’origine japonaise qui réside à New York. Nous avons décidé de réaliser trois livres. Nous avons publié le premier en septembre dernier. Nous voulions dès le départ une maquette qui puisse être répétée sur les trois volumes. Et comme notre démarche est commémorative, nous voulions également que le format soit simple et modeste, rien de flashy ou de trop compliqué. Nous avons volontairement choisi d’avoir une reliure apparente afin d’avoir une ouverture maximum. Nous avons fait faire le livre en France, vers Toulouse. Pour la couverture, nous avons choisi une image assez mystérieuse. Une silhouette aperçue par transparence derrière un tissu. La personne est là sans être là. On ne sait pas trop ce qui se passe. Pour garder la sobriété, nous avons choisi de ne pas mettre de texte sur la couverture. Bien sûr, lorsque le livre est neuf, il est emballé sous plastique, et sur le plastique, il y a un autocollant qui indique quel est le contenu du livre. Mais une fois le livre déballé, la couverture est libre de texte, il n’y a plus que cette image énigmatique. À l’intérieur du livre, après la page de titre, on commence avec une page sur laquelle il y a un carré vide qui est de la même taille que les photographies figurant sur les pages suivantes. Ce carré vide symbolise notre perte. C’est comme si quelque chose manquait, nous avait été enlevé. Au début, le Designer nous avait proposé un rythme presque mathématique, il suivait une logique chronologique de l’enfance à l’âge adulte. Mais ce n’était pas ce que nous cherchions, nous voulions suivre un rythme qui reflétait une certaine sensibilité, qui exprimait ce que nous ressentions. Et nous ressentions une absence. Le texte, quant à lui, est imprimé sur du papier irisé bleu. Pour les deux prochains livres, nous garderons la même qualité de papier (irisé), mais nous changerons la couleur. Le texte du prochain livre sera peut-être imprimé sur du papier rouge. De plus, en lisant l’histoire, on est forcé de regarder toutes les images, car les pages de textes ne se suivent pas, elles sont intercalées avec plusieurs pages de photographie. On voulait que tout le long du livre, il y ait cet aller-retour entre le texte et les photos. On ne voulait pas faire quelque chose de didactique avec des images qui illustrent une histoire, mais trouver une émotion similaire, une même sensibilité, à travers deux moyens d’expression que Christophe appréciait.

Photographie de Mikiko Hara et « Change », The Gould Collection Series, 2016

Photographies de Mikiko Hara et « Change », éd. The Gould Collection Series, 2016

C. L. Je crois que vous avez également réalisé des éditions spéciales ?

R. L. Effectivement, nous avons publié 26 copies en édition spéciale. Nous avons choisi ce chiffre, qui d’un premier abord peut paraître un peu arbitraire, à cause de la date à laquelle Christophe est décédé. Nous avons additionné les chiffres formant cette date. Nous voulions que ce chiffre aussi soit fort de signification. L’édition spéciale, qui est dédicacée par l’auteur et par la photographe, est accompagnée d’une photographie originale de Mikiko Hara signée au dos de la photographie et aussi sur le papier bleu de présentation. Trois photographies ont été sélectionnées pour accompagner le livre. L’une d’entre elles fait partie des photographies reproduites dans le livre, les deux autres par contre ne sont pas dans le livre. Une a été tirée en huit exemplaires et les deux autres en neuf exemplaires. Pour les signatures, comme nous avons produit le livre dans le sud de la France, que Stephen est aux États-Unis et que Mikiko est au Japon, nous avons utilisé des étiquettes que nous avons ajoutées sur la page de titre.

Photographies Mikiko Hara

Photographies de Mikiko Hara

C. L. Un mot de conclusion ?

R. L. Ce livre a été réalisé pour honorer Christophe, qui était un passionné d’art et de culture, qui avait des amis en France, aux États-Unis, au Japon, et qui nous a quittés prématurément. Malheureusement, durant sa réalisation, nous avons perdu d’autres personnes. Le mari de Mikiko est décédé d’un cancer, puis une semaine plus tard son père nous a quittés. Ma belle-mère est également décédée alors que je devais venir en France pour vérifier les bons à tirer du livre. C’était une période assez dure pour nous tous. Nous avons donc voulu honorer cet ami parti trop tôt, mais nous avons voulu le faire d’une manière qui encouragerait ceux qui restent et qui connaissaient Christophe, comme Mikiko ou Stephen, ainsi que ceux qui ne le connaissaient pas et qui se reconnaitront dans ce projet.

Entretien mené par Cecile Laly le 8 novembre 2016

Site web dédié à la « Gould Collection Series »

thegouldcollection.com

Lieux où trouver le livre Change en France

Librairies Yvon Lambert et Plac’Art à Paris

Le Bal aussi à Paris

Liste des adresses à l’étranger ou sur le Net consultable ici


Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Une réflexion au sujet de « The « Gould Collection Series » : entretien avec Russet Lederman »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *