Entretien « Droit d’auteur » avec Sophie Cavaliero

Ce qui compte, c’est le respect de l’œuvre et le respect des engagements de qualité que l’on a pris envers l’auteur et son travail !

Bonjour Sophie. Tout d’abord, je te remercie de me recevoir. Cet entretien aura pour sujet la problématique du droit d’auteur dans le cadre de ton expérience avec la réalisation de Nouvelle Garde : l’art contemporain japonais (2011) et de Révélations : la photographie japonaise contemporaine (2013). Ces deux livres, parus aux éditions du Lézard Noir, Poitiers, font partie des publications francophones – encore trop peu nombreuses – portant sur des artistes contemporains japonais. Tu as expérimenté le terrain, rencontré les artistes, les galeries, et établi des relations professionnelles avec eux. Aujourd’hui nous souhaiterions que tu nous fasses part de ton expérience en gardant en tête la thématique de cet entretien : le « Droit d’auteur ».

C. L. : Qu’est-ce que le droit d’auteur pour toi ?

S. C. : Je crois que ce que le droit d’auteur représente vraiment, c’est le respect de l’œuvre et le respect des engagements de qualité que l’on a pris envers l’auteur et son travail. Prenons l’exemple de NINAGAWA Mika, l’une des artistes publiées dans Nouvelle Garde. C’est une photographe, artiste, qui travaille également dans la publication et le cinéma. Elle est connue et reconnue du milieu artistique. Nous avons reproduit certaines de ses photographies. Ce sont des images plasticiennes, composées de couleurs très percutantes. Elle a accepté que nous reproduisions ses photographies sous condition d’un niveau de qualité maximum d’impression et de respect des couleurs. Elle nous a envoyé les références de chromie et quand nous avons fait imprimer, l’éditeur a fait les vérifications qualitatives nécessaires. Nous savions que si les reproductions n’étaient pas de bonne qualité nous aurions dû retirer le livre de la vente. Quand nous avons signé le contrat avec elle, il y avait donc un véritable engagement de qualité de notre part. Puis, quand j’ai à nouveau contacté la galerie pour le projet Révélations, l’artiste nous a fait savoir qu’il n’y avait pas de problème, car elle nous faisait confiance. C’était le signe que de bons rapports de travail s’étaient installés.

Lire la suite