Portrait d’artiste : Mami Kiyoshi

MamiBonjour Mami, je te remercie d’avoir accepté de nous présenter ta carrière et ton travail. Ton nom complet est Mami Kiyoshi. Tu es née en 1974 à Saitama, préfecture de Saitama, Japon. Tu vis et travailles actuellement à Paris.

C. L. : Dans un premier temps, pourrais-tu parler de ta formation ?

M. K. : J’ai étudié à l’université d’art de Musashino de 1992 à 1997. Je dépendais du département Eizō gakka, c’est-à-dire du département de Science de l’image. La formation offerte par ce département est très variée. J’ai étudié le dessin, le cinéma, l’infographie, les installations multimédias, la production d’émission télé, et bien sûr la photographie. Après avoir été diplômée, j’ai travaillé pendant quatre années dans un studio photo (1997-2001). J’étais assistante pour des photographes publicitaires. On réalisait principalement des photographies pour des magazines. Cette expérience m’a appris beaucoup de choses, notamment au niveau de l’éclairage et des techniques de retouche et de montage. C’était le moment de la transition entre la photographie argentique et la photographie numérique. On prenait les photographies en argentique, on les numérisait, puis on faisait les retouches et les montages par ordinateur. Par conséquent, j’ai appris à maîtriser les deux techniques.

C. L. : Aujourd’hui, tu as une identité plastique forte. Comment s’est-elle développée ?

M. K. : Je crois que j’ai développé mon style à la fin de mes études universitaires, mais rien n’était encore fixé. Ensuite j’ai travaillé en studio et je n’avais plus le temps de me concentrer sur mon projet artistique. Quand j’ai quitté le studio après quatre années intensives, j’étais trop fatiguée pour être dans un état d’esprit créatif. Alors pendant deux ans j’ai pris mon temps. Pendant cette période, j’ai quand même travaillé comme freelance pour gagner ma vie. Mais j’en ai vraiment profité pour me reposer le cœur, le corps et le mental. En d’autres mots, je dirais que pendant mes études une graine artistique a été plantée dans mon esprit, et cette graine à germer petit à petit avec l’apprentissage de la technique en studio, puis avec le temps de la réflexion. Finalement, en 2003 j’ai découvert que je pouvais réaliser ce que j’imaginais et ce que je voulais.

Lire la suite