Entretien « droit d’auteur » avec Kōtarō Iizawa

Au Japon, nous avons pris conscience de la notion de droit d’auteur au début des années 1990.

Cher Kōtarō IIZAWA, je vous remercie de me recevoir aujourd’hui dans votre café restaurant de Tokyo, le Megutama, afin de parler de votre expérience personnelle concernant le droit d’auteur, les photographies et les livres de photographie. Vous êtes historien de la photographie, critique, auteur, lecteur dans plusieurs universités à travers le Japon et vous gérez ce café restaurant dans lequel vous avez déposé une partie de votre collection de livres sur l’histoire de la photographie japonaise, mais aussi internationale. Depuis les années 1980, vous avez écrit de très nombreux livres sur l’histoire de la photographie (principalement japonaise, mais pas seulement), plus récemment vous avez également écrit sur les champignons – votre passion – et sur le cinéma.

C. L. : Tout d’abord, pourriez-vous nous parler de vos débuts avec l’histoire de la photographie ?

K. I. : Quand j’étais étudiant, je pensais devenir photographe. Mais à peine une semaine après le début des cours, je me suis rendu compte que je n’avais aucun talent en tant que photographe et que j’étais bien plus à l’aise avec l’observation, la recherche et l’écriture. J’ai également pris conscience qu’il y avait très peu de gens qui conduisaient des recherches sur l’histoire de la photographie japonaise, et par conséquent, il n’y avait presque pas de livres sur le sujet. Pour ma thèse, j’ai donc décidé d’écrire sur l’histoire de la photographie japonaise moderne. Pendant que je menais mes recherches de doctorat, en guise de travail, j’écrivais également sur la photographie japonaise contemporaine pour des revues et magazines tels qu’Asahi Camera, Nippon Camera et Bijutsu-Techō. C’est comme ça que je suis devenu à la fois critique et historien de la photographie.

Lire la suite