Entretien « Droit d’auteur » avec Claude Estèbe

Pour le XIXe siècle, ce n’est pas le droit d’auteur, mais le droit de reproduction qui compte.

Bonjour Claude, je te remercie de bien vouloir participer au deuxième entretien sur le thème du droit d’auteur publié sur « Écho ». Tu as plusieurs casquettes, tu es chargé de cours sur l’histoire visuelle du Japon à l’Inalco, tu es chercheur au CEJ (Centre d’études japonaises), tu es expert indépendant (Bibliothèque Nationale, musée Guimet…) et tu es également photographe. Aujourd’hui, l’exercice sera de répondre à des questions autour de ton expérience personnelle lors de la réalisation des livres de photographie que tu as publiés, à savoir Les derniers samouraïs (2001), Le crépuscule des geishas (2002), tous deux publiés aux éditions Marval, Paris, et Yokohama Shashin 1860-1900 (2014) aux édition YellowKorner, Paris.

C. L. : Pour concevoir tes livres, est-ce que ta connaissance du droit d’auteur en tant que photographe t’a aidée ?

C. E. : Par rapport au droit d’auteur, pas vraiment. C’est plutôt par rapport à l’utilisation de l’iconographie que mon expérience de photographe a eu de l’importance. De plus, je suis ingénieur de formation. Je crois que la formation scientifique m’a beaucoup apporté pour ma thèse, car dans la photographie il y a des données techniques qui doivent être prises en compte pour l’analyse des images. Je pense au temps de pose, à l’objectif utilisé (qui limite les options de cadrage au XIXe), aux produits chimiques, etc. Ce sont des contraintes qu’il faut considérer et que certains historiens de l’art ne prennent pas suffisamment en compte parce qu’ils ne les connaissent pas bien. Pour Yokohama Shashin, mon œil de photographe m’a également permis de choisir soigneusement les images. J’essaie toujours de faire une balance entre les images rares (j’aime bien qu’il y ait des images rares, même si elles ne sont pas très esthétiques) et celles qui sont le mieux composées lorsque je dois en sélectionner une parmi plusieurs… il y a des historiens qui ont un peu de mal à reconnaitre une photo bien composée (à mon goût…). Donc même si ça n’est pas pour le droit d’auteur, mon expérience de photographe m’a été utile.

Lire la suite