Portrait d’artiste : Yoko Ishii

Yoko IshiiChère Yoko, je te remercie d’accepter de me rencontrer pour parler de photographie et de cerfs. Ton nom complet est Yoko ISHII. Tu es née en 1962 à Yamaguchi. Tu vis à Kanagawa et travailles à Tokyo. Je précise également que ton exposition intitulée Beyond the Border, au Ginza Nikon Salon s’est achevée il y a peu et qu’une version modifiée sera exposée au Nikon Salon d’Osaka à partir du 4 février 2016.

C. L. Ton travail a récemment été présenté en France…

Y. I. Oui, le premier janvier de cette année (2016), l’article « Au Japon, les cerfs sont des citadins comme les autres », qui présente treize de mes photographies de cerfs à Nara, a été publié par Marie LELIḔVRE, éditrice photo au quotidien Le Monde, sur le site web du Monde. J’ai rencontré Marie Lelièvre l’année dernière lors d’un événement organisé par Yumi GOTŌ au Reminders Photography Stronghold, Tokyo. À cette occasion, je lui avais présenté mon travail, puis je lui ai envoyé mon livre de photo. Ça lui a plu, donc elle a décidé de présenter mon travail sur leur site. Elle m’a contactée le 30 décembre et l’article a été publié le 1er janvier, cela a été très rapide. Depuis, une vingtaine de jours sont passés et j’ai déjà eu un peu plus de douze mille partages sur Facebook. C’est un très beau cadeau de Nouvel An !

En plus, lorsque j’ai appris le français, pour moi Le Monde était un standard. J’ai beaucoup étudié à partir des textes de ce journal. Mon professeur de traduction simultanée nous avait même fait apprendre par cœur certains articles. C’était vraiment dur. Donc, voir mon travail être présenté sur leur version électronique, c’était un peu comme un rêve.

Lire la suite

Portrait d’artiste : Miki Nitadori (2ème partie)

Miki Nitadori, Blond Ambition, installation, Galerie Lacen, Paris, mai 2008Figure 7 : Miki Nitadori, Blond Ambition, installation, Galerie Lacen, Paris, mai 2008

C. L. Blond Ambition, 2008, est un travail différent de tes premiers travaux.

M. N. Oui, Blond Ambition n’est pas un travail photographique. C’est une installation avec une vidéo. L’installation est constituée d’une pièce blanche d’à peu près 10m2, dans laquelle j’ai installé un tapis blanc sur le sol et un meuble bas rond et rouge au centre du tapis. Sur ce rond rouge, j’ai disposé deux écrans avec des casques qui diffusent une vidéo de 4,14min en boucle. Cette installation résulte d’une réflexion sur les thèmes de la transculturalité, l’identité et la transmission culturelles.

La pièce blanche, avec un cercle rouge en son centre, représente le hi-no-maru, le drapeau japonais. Outre le symbole identitaire évident du drapeau, cela fait également référence à la polémique qui revient chaque année sur le fait d’arrêter de hisser le hi-no-maru et de chanter le Kimi-ga-yo (l’hymne japonais) dans les écoles, car ils rappellent tous deux l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Pendant la guerre, les soldats combattaient en portant le hi-no-maru et tout le monde signait autour du cercle rouge, parce que celui-ci était réservé aux kamis (divinités) et à l’empereur. Dans mon installation, les deux écrans sont placés dans l’espace normalement sacré, afin d’amener les gens à marcher et à s’assoir sur le drapeau pour regarder la vidéo.

C. L. Qui est le personnage principal de la vidéo ?

M. N. Le personnage principal de cette vidéo est Satomi SEKI, une personne nippo-américaine de deuxième génération, qui m’était très chère et qui est aujourd’hui décédée. Elle est morte en 2010, à l’âge de 97 ans. Lorsque je l’ai rencontré, elle avait déjà 70 ans passés. Nous étions voisines à Lahaina. Je passais beaucoup de temps chez elle et son mari, Hōzen. Comme elle était parfaitement bilingue (anglais-japonais), elle m’aidait avec mes devoirs. Je me souviens également que nous fêtions toujours son anniversaire début janvier. Depuis mon enfance, elle m’a raconté son histoire, et culturellement elle m’a transmis beaucoup de choses.

Lire la suite