À propos d’Écho

filler-169581_960_7201Projet éditorial

« Écho » est né de la rencontre de quatre personnes ayant pour point commun un intérêt prononcé pour la photographie japonaise ancienne, moderne et contemporaine : Cecile LALY (chercheure, histoire de l’art), Ken DAIMARU (doctorant, histoire), Christophe CRISON (collectionneur de livres de photographie), et Kyoko KASUYA (photographe). De cette rencontre a émergé la constatation que la photographie japonaise intéressait de plus en plus de personnes, tant du point de vue académique que du point de vue du marché de l’art, mais que la langue et la distance géographique étaient souvent les freins les plus importants à la découverte de cette scène protéiforme et extrêmement riche. Les publications en langues occidentales et les expositions sont souvent limitées à quelques noms de photographes superstars. Quant aux noms des chercheurs, spécialistes et autres acteurs nippons de l’histoire de la photographie japonaise, ils sont bien souvent méconnus, pour ne pas dire inconnus. Aidée d’un brainstorming initial ayant été mené par un groupe associant des profils avec des intérêts académiques, professionnels et privés, j’ai décidé de créer un carnet de vulgarisation sur lequel serait publié principalement des entretiens permettant de donner un visage à ces acteurs de la photographie japonaise (photographes, collectionneurs, galeristes, chercheurs, etc.) et de réfléchir à des problèmes thématiques et méthodologiques émanant d’une présentation de la photographie japonaise dans notre monde mondialisé.

Cecile Laly

Editorial Project

« Écho » was born from the encounter of four people who were sharing a pronounced common interest in ancient, modern and contemporary Japanese photography: Cecile LALY (researcher, history of art), Ken DAIMARU (doctoral student, history), Christophe CRISON (collector of photography books), and Kyoko KASUYA (photographer). From this meeting emerged the observation that Japanese photography was attracting more and more people, coming from both the academic and the art market worlds, but that the Japanese language and the geographical distance were big issues preventing the discovery of this protean and extremely rich scene. Western language publications and exhibitions are often limited to the names of some superstar photographers. As for the names of the Japanese researchers, specialists or other actors of the history of the Japanese photography, they are often little known, if not unknown. Helped by an initial brainstorming carried out by a group associating profiles with academic, professional and private interests, I decided to create a blog of popularization on which would be published mainly interviews, in order to give a face to these actors of the Japanese photographic scene (such as the photographers, the collectors, the gallery owners, the researchers, etc.), and to reflect on thematic and methodological problems emanating from the presentation of Japanese photography in today globalized world.

Cecile Laly

Crédits photo : pixabay