Portrait d’artiste : Yoko Ishii

Yoko IshiiChère Yoko, je te remercie d’accepter de me rencontrer pour parler de photographie et de cerfs. Ton nom complet est Yoko ISHII. Tu es née en 1962 à Yamaguchi. Tu vis à Kanagawa et travailles à Tokyo. Je précise également que ton exposition intitulée Beyond the Border, au Ginza Nikon Salon s’est achevée il y a peu et qu’une version modifiée sera exposée au Nikon Salon d’Osaka à partir du 4 février 2016.

C. L. Ton travail a récemment été présenté en France…

Y. I. Oui, le premier janvier de cette année (2016), l’article « Au Japon, les cerfs sont des citadins comme les autres », qui présente treize de mes photographies de cerfs à Nara, a été publié par Marie LELIḔVRE, éditrice photo au quotidien Le Monde, sur le site web du Monde. J’ai rencontré Marie Lelièvre l’année dernière lors d’un événement organisé par Yumi GOTŌ au Reminders Photography Stronghold, Tokyo. À cette occasion, je lui avais présenté mon travail, puis je lui ai envoyé mon livre de photo. Ça lui a plu, donc elle a décidé de présenter mon travail sur leur site. Elle m’a contactée le 30 décembre et l’article a été publié le 1er janvier, cela a été très rapide. Depuis, une vingtaine de jours sont passés et j’ai déjà eu un peu plus de douze mille partages sur Facebook. C’est un très beau cadeau de Nouvel An !

En plus, lorsque j’ai appris le français, pour moi Le Monde était un standard. J’ai beaucoup étudié à partir des textes de ce journal. Mon professeur de traduction simultanée nous avait même fait apprendre par cœur certains articles. C’était vraiment dur. Donc, voir mon travail être présenté sur leur version électronique, c’était un peu comme un rêve.

C. L. Tu as commencé la photographie il y a quelques années en parallèle de ton travail. Quelle formation as-tu ?

Y. I. Il me semble qu’en France, la plupart des photographes ont suivi des cours de photographies ou une formation à l’école des beaux-arts, mais dans mon cas c’est diffèrent. Ma situation est un peu inhabituelle, même au Japon d’ailleurs. J’ai commencé la photographie il y a dix ans. Je n’ai pas eu de formation professionnelle, à la place j’ai participé à plusieurs cours ponctuels pour apprendre à utiliser mon appareil photo et à développer un projet photographique. Le Japon est le pays de l’appareil photo. On y trouve la plupart des marques spécialisées comme Nikon, Canon, Olympus, Ricoh, et il y a beaucoup de modèles avec des gammes qui vont du débutant au professionnel. Donc ici, beaucoup d’amateurs se lancent dans la photographie sans suivre de formation, juste parce que c’est facile d’acheter du matériel. Pour autant, tous ceux qui se lancent ne vont pas monter des projets d’exposition et de publication jusqu’au bout.

Vue de l'exposition "Beyond the Border" au Ginza Nikon Salon, Tokyo, du 5 au 19 janvier 2016

Vue de l’exposition « Beyond the Border » au Ginza Nikon Salon, Tokyo, du 5 au 19 janvier 2016

C. L. Comment as-tu commencé la photographie ?

Y. I. Tout a commencé lorsque j’ai décidé de partir deux semaines en vacances à Madagascar en 2006. Au Japon, deux semaines de vacances d’affilée ça fait beaucoup et c’est assez inhabituel. Madagascar est très éloigné du Japon, je me suis donc dit que c’était une opportunité rare et qu’il fallait que j’achète un nouvel appareil photo, de bonne qualité, afin de prendre des photos d’animaux exotiques. J’ai toujours aimé les animaux. Trois jours avant de partir, j’ai acheté le modèle « Kiss » pour débutant de Canon. Une fois à Madagascar, j’ai utilisé le mode automatique et curieusement ça marchait relativement bien. Cela m’a motivée et à mon retour j’ai décidé d’étudier l’utilisation de cet appareil. En plus de cours ponctuels, comme j’ai beaucoup d’amis photographes professionnels, je me suis également formée à leur contact.

C. L. Est-ce que les cerfs ont été ton sujet de prédilection dès le début ?

Y. I. J’ai surtout pris beaucoup de photos de lémuriens à Madagascar. Il y a dix ans, je ne m’étais pas encore spécialisée dans la photographie de cerfs en particulier. J’étais juste attirée par les animaux en général. Pendant cinq ans, j’ai beaucoup voyagé à l’étranger et dans chaque pas j’ai pris des photos d’animaux différents. Je faisais deux ou trois voyages par an dans des pays différents. J’ai pris l’habitude de voyager en France presque une fois par an, et j’ai aussi voyagé dans la plupart des pays d’Europe occidentale, sur le continent américain – États-Unis, Mexique, Brésil, Pérou et Bolivie – et dans plusieurs pays d’Asie, comme le Cambodge, Bali, l’Indonésie, la Malaisie et les Philippines. J’adore parler anglais ou français et, avant de faire un voyage, j’essaie toujours d’apprendre quelques mots de langues locales, tels que les salutations. J’aime aussi découvrir de nouvelles cultures et rencontrer des gens différents, ça me donne de nouvelles idées. Et puis dans la dernière dizaine du mois de mars 2011, je suis allée à Nara pour un déplacement professionnel. En me promenant en ville, je suis tombée sur un couple de cerfs au milieu d’un carrefour. En voyant ces animaux sauvages marcher librement dans une grande ville moderne de taille moyenne (la ville de Nara est la capitale de la préfecture de Nara), j’ai eu le sentiment que c’était une scène très étrange et cela m’a fait penser à une situation improbable, post-catastrophe, où les humains auraient disparus et les cerfs occuperaient librement la ville. J’ai eu l’idée d’exprimer cette idée avec la photographie. C’est comme cela que j’ai commencé les photos de cerfs.

C. L. Donc ton expérience est liée au 11 mars 2011 ?

Y. I. C’était juste après le tremblement de terre. Sur le moment, je n’en étais pas consciente, mais avec le recul aujourd’hui je sais que ma vision d’un monde sans humains et de la nature qui reprend le dessus était évidemment liée à cet évènement.

Vue de l’exposition « Beyond the Border » au Ginza Nikon Salon, Tokyo, du 5 au 19 janvier 2016

Vue de l’exposition « Beyond the Border » au Ginza Nikon Salon, Tokyo, du 5 au 19 janvier 2016

C. L. Depuis que tu photographies les cerfs, as-tu approfondi tes connaissances sur l’animal ?

Y. I. Je ne suis pas chercheure, mais j’ai lu des articles et discuté avec des chasseurs pour me renseigner sur les cerfs. À Nara, la situation est particulière, car les cerfs ont été classés espèce protégée en 1957. Une des raisons de ce classement est que c’est une scène inhabituelle de voir des êtres humains et des cerfs vivre ensemble dans une ville moderne. On raconte qu’à l’époque d’Heijō (710-784), quand Nara était la capitale du Japon, un cerf blanc ailé a apporté la divinité Takemikazuchi au temple shintoïste de Kasuga pour qu’elle protège la capitale impériale nouvellement construite. Depuis cette période, le cerf est considéré comme un serviteur des dieux. Pour cette raison, dans le temps, lorsqu’une personne tuait un cerf, elle était condamnée à une peine de mort. Bien sûr, la situation a évolué aujourd’hui, mais les gens continuent tout de même à protéger les cerfs de Nara. Aujourd’hui, il y a une communauté d’environ 1.200 cerfs qui vivent à Nara. Pour les touristes les cerfs sont le deuxième point d’intérêt de la ville après le grand Bouddha de Tōdai-ji. Ils sont donc protégés et aimés. Mais les agriculteurs qui travaillent aux alentours de Nara se sont plaints, car les cerfs mangent parfois leurs récoltes. Cela a fini plusieurs fois devant les tribunaux. Il existe aujourd’hui une association de protection des cerfs de Nara qui gère les animaux et si l’un d’entre eux sort de la zone de protection ne serait-ce qu’une fois pour aller manger les récoltes, on considère qu’il risque de recommencer, donc il est capturé et déplacé dans une réserve.

C. L. Au Japon, on trouve des cerfs dans toutes les régions. Est-ce que tu les photographies aussi dans d’autres endroits ?

Y. I. Au départ, ce projet a démarré avec les cerfs de Nara. Bien sûr, j’ai fait des recherches personnelles et lorsque j’ai commencé à en parler à mes amis, tout le monde a été enthousiaste et m’a tout de suite donné des informations complémentaires. Il y a également des populations de cerfs intéressantes à Miyajima, ou sur la péninsule de Notsuke, et à Hashirikotan à Hokkaidō, ou encore à Nozaki, une des îles de l’archipel de Gotō. Ce dernier lieu est un endroit intéressant, car auparavant cette île était habitée par des humains et des cerfs, mais aujourd’hui il ne reste que des cerfs. C’est un peu la concrétisation de la vision que j’avais eue à Nara la première fois.

C. L. Quand tu voyages à Nara, Miyajima, Hokkaidō, Kyūshū, combien de temps restes-tu ?

Y. I. À peine deux ou trois jours. D’une part, c’est difficile de prendre beaucoup de congés, d’autre part, je crois que c’est mieux pour ma démarche d’y aller régulièrement pendant un court laps de temps. Bien sûr quand je suis partie à Madagascar, ou dans les autres endroits précédemment cités, c’était pour les vacances et c’était des destinations éloignées, donc je partais pour une période plus longue. Mais pour ce projet, je me déplace uniquement dans le but de réaliser les shooting et j’aime garder un regard frais, neuf, un regard d’étrangère à la situation. Je ne suis pas originaire de ces endroits et je veux profiter de cette condition. Je veux ne pas prendre le temps de m’y habituer.

Première de couverture du livre : Yoko Ishii, "Shika Shika", éd. Little More, 2015

Première de couverture du livre : Yoko Ishii, « Shika Shika », éd. Little More, Tokyo, 2015

C. L. Tu as réalisé des prises de vues durant toutes les saisons. As-tu une préférence ?

Y. I. Je préfère les photographier au printemps et en été, car entre fin mai et fin août ils changent de cornes et de poils. En été, leur robe devient brun clair avec des petites taches blanches et c’est très joli. À cette période, leurs cornes se développent et j’adore cela. À Nara et Miyajima vers fin août début septembre l’association de protection pour les cerfs se charge de leur couper les cornes parce que ça pourrait être dangereux pour les touristes. Mais dans la nature, comme à Hokkaidō ou dans le Kyushu, les cornes restent jusqu’au printemps et vers mars-avril elles tombent naturellement pour que de nouvelles cornes se développent. En octobre-novembre, les poils deviennent plus foncés et il n’y a plus de tâches. La morphologie change également, leur cou forcit. Même si j’ai mes préférences, c’est intéressant de voir que mes modèles changent tout au long de l’année.

C. L. Sur tes photos, il n’y a pas d’humains…

Y. I. Oui, je fais exprès, car je veux exprimer la vision que j’ai eue en voyant les cerfs à un carrefour de Nara en mars 2011. Un monde urbain, sans hommes, occupé par les cerfs. Je voudrais que mes photos fassent réfléchir à la relation avec la nature. Si nous ne changeons pas de comportement peut-être que la terre va devenir plus difficile à vivre pour nous aussi.

Au Japon, il y a des problèmes un peu partout à cause des cerfs qui mangent les récoltes des paysans, les forêts, etc., alors les autorités locales demandent à des entreprises spécialisées ou à des chasseurs de venir les capturer ou les tuer pour limiter les dégâts. Pourtant, quand on y réfléchit, ce sont les êtres humains et leurs pratiques qui créent les problèmes. Par exemple quand on utilise du chlorure de calcium qui contient du sel pour fondre la neige sur la route, ça les attire car c’est bon pour eux. Il y a également beaucoup de champs abandonnés, ça aussi ça attire les cerfs. Alors ils sortent de la forêt pour venir manger dans ces friches ou le long des routes, près des villages. Les gens aident à la reproduction des cerfs et utilisent des produits qui les attirent et ensuite ils se plaignent de leur présence. C’est totalement contradictoire.

Au départ j’étais intéressée par la vision post-apocalyptique dans le centre-ville de Nara, puis au fur et à mesure que j’ai fait des recherches sur les cerfs, je me suis rendu compte qu’un même animal était traité complètement différemment en fonction du lieu où il évoluait. À Nara le cerf est admiré et protégé, on lui donne de la nourriture et on fabrique des gâteaux spécifiques pour que les touristes puissent les nourrir, et ailleurs ils sont tués, car ils sont considérés comme les ennemis des agriculteurs. Pourtant ce sont les mêmes animaux. C’est l’attitude des humains qui changent complètement en fonction de leur intérêt. C’est un peut-être un peu fort comme expression, mais je trouve que les hommes sont égoïstes en changeant leur attitude suivant le contexte. Les cerfs eux se comportent toujours de la même manière. S’ils trouvent de la nourriture ils se rapprochent et quand ils sont chassés ils s’éloignent. C’est normal pour des animaux sauvages, ils s’adaptent à la situation. Alors que les hommes changent radicalement leur attitude en fonction de leur intérêt personnel du moment. Donc pour moi le cerf est comme un miroir de l’homme.

Quatrième de couverture du livre : Yoko Ishii, « Shika Shika », éd. Little More, Tokyo, 2015

Quatrième de couverture du livre : Yoko Ishii, « Shika Shika », éd. Little More, Tokyo, 2015

C. L. Ce que tu me dis me fait penser à Princesse Mononoke.

Y. I. Oui tout à fait. J’adore ce film ! Le rapport entre la nature et la civilisation, c’est exactement ça le thème. Et dans ce film, le dieu de la forêt a une forme de cerf blanc. Je me sens un peu comme San, l’héroïne. D’un point de vue éthique, elle est du côté des animaux sauvages, mais physiquement elle est humaine. Elle est tiraillée entre les deux. Quand je regarde ce film, je m’identifie totalement.

C. L. Tes photographies sont aujourd’hui présentées dans un livre intitulé Dear Deer (Shika Shika en japonais). C’est ton premier livre de photographie. Peux-tu nous parler de sa réalisation ?

Y. I. Dans ce livre, il y a soixante-huit de mes photographies qui sont reproduites. Il a été publié chez Little More en 2015. Je connaissais Kenji TAKAZAWA, qui est un critique spécialisé dans la photographie, et qui donne des cours sur la réalisation de livres de photographie. J’ai eu envie de suivre son cours et quand j’ai eu fini l’édition d’un livre avec mes photos, il m’a proposé de démarcher ensemble des maisons d’édition. Nous nous sommes rendus chez Little More, Tokyo, et nous avons rencontré l’éditeur Moto.i KATŌ, qui a adoré mon travail et qui m’a donné très rapidement une réponse positive pour publier mon livre. Je ne le savais pas avant de le rencontrer, mais monsieur Katō connait très bien les cerfs. D’ailleurs, il avait déjà édité deux livres de chasseurs. Quand nous nous sommes rencontrés, nous avons beaucoup parlé de cerfs et de la nature en général. À mon avis, son choix de publier mon livre était motivé par ses goûts personnels. Une fois la décision prise, cela a pris environ sept mois pour réaliser le projet jusqu’au bout. Pour le design du livre, nous avons fait appel à Shin SOBUE, qui a travaillé avec de jeunes photographes populaires comme Ume KAYO et Kotori KAWASHIMA, et qui est très connu dans son domaine. Il a accepté de travailler sur mon livre et il a fait un travail que j’ai trouvé très intéressant, car tout à fait diffèrent de mon premier choix. Si l’on regarde la sélection de photographies pour l’exposition au Ginza Nikon Salon et celle pour le livre, on sent nettement cette différence. Pour l’accrochage, c’est moi qui ai choisi les photographies. Dans le livre, Mr Sobue a raconté une autre histoire que celle que j’avais écrite au départ. Cela m’a donné de nouvelles idées. Quant au processus, il a été assez intense. Je lui ai montré une première sélection d’une centaine de photos. Il m’a alors demandé si je n’en aurai pas d’autres qui seraient et plus comme ceci ou comme cela. J’ai réalisé une nouvelle sélection à lui soumettre et ça a recommencé. Nous avons renouvelé cet échange quatre ou cinq fois avant la sélection finale. Ça a été long, mais je suis très satisfaite du résultat.

Entretien mené par Cecile Laly le 22 janvier 2016 à Tokyo.

Pour citer cet entretien : Cecile Laly, “Portrait d’artiste : Yoko Ishii”, echo.hypotheses.org, 01/11/2016, http://echo.hypotheses.org/348

 


Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *