Portrait d’artiste : Mami Kiyoshi

MamiBonjour Mami, je te remercie d’avoir accepté de nous présenter ta carrière et ton travail. Ton nom complet est Mami Kiyoshi. Tu es née en 1974 à Saitama, préfecture de Saitama, Japon. Tu vis et travailles actuellement à Paris.

C. L. : Dans un premier temps, pourrais-tu parler de ta formation ?

M. K. : J’ai étudié à l’université d’art de Musashino de 1992 à 1997. Je dépendais du département Eizō gakka, c’est-à-dire du département de Science de l’image. La formation offerte par ce département est très variée. J’ai étudié le dessin, le cinéma, l’infographie, les installations multimédias, la production d’émission télé, et bien sûr la photographie. Après avoir été diplômée, j’ai travaillé pendant quatre années dans un studio photo (1997-2001). J’étais assistante pour des photographes publicitaires. On réalisait principalement des photographies pour des magazines. Cette expérience m’a appris beaucoup de choses, notamment au niveau de l’éclairage et des techniques de retouche et de montage. C’était le moment de la transition entre la photographie argentique et la photographie numérique. On prenait les photographies en argentique, on les numérisait, puis on faisait les retouches et les montages par ordinateur. Par conséquent, j’ai appris à maîtriser les deux techniques.

C. L. : Aujourd’hui, tu as une identité plastique forte. Comment s’est-elle développée ?

M. K. : Je crois que j’ai développé mon style à la fin de mes études universitaires, mais rien n’était encore fixé. Ensuite j’ai travaillé en studio et je n’avais plus le temps de me concentrer sur mon projet artistique. Quand j’ai quitté le studio après quatre années intensives, j’étais trop fatiguée pour être dans un état d’esprit créatif. Alors pendant deux ans j’ai pris mon temps. Pendant cette période, j’ai quand même travaillé comme freelance pour gagner ma vie. Mais j’en ai vraiment profité pour me reposer le cœur, le corps et le mental. En d’autres mots, je dirais que pendant mes études une graine artistique a été plantée dans mon esprit, et cette graine à germer petit à petit avec l’apprentissage de la technique en studio, puis avec le temps de la réflexion. Finalement, en 2003 j’ai découvert que je pouvais réaliser ce que j’imaginais et ce que je voulais.

C. L. : C’est en 2003 que ta carrière d’artiste a vraiment commencé ?

M. K. : Oui. En 2003 j’ai fait des portraits de ma famille. C’était le début de la série Tropical Family. Comme je n’avais pas fait de travail artistique depuis longtemps (depuis l’université), je ne savais pas si cela fonctionnerait. J’étais plus à l’aise en utilisant ma famille pour me remettre au travail. C’était comme un essai pour me remettre le pied à l’étrier. Avec ces photographies, j’ai remporté le Prix Epson (2003). Ça m’a donné beaucoup de courage et de motivation : tout de suite après, j’ai commencé la série qui s’intitule New Reading Portraits. Qu’il s’agisse de Tropical Family ou de New Reading Portraits, ce sont deux séries qui ont débuté en 2003 et qui sont toujours en cours.

C. L. : Quels est le point de départ de la série Tropical Family ?

M. K. : Quand j’étais étudiante, j’ai commencé par faire des photos de moi-même. À partir de ce point de départ, je voulais diffuser mon intérêt vers l’extérieur. J’ai donc réalisé des portraits des membres de ma famille : mon père, ma mère, mon frère et ma sœur. Plus tard, j’ai également photographié leur époux, puis leurs enfants. Je fais un nouveau portrait dès qu’il y a un changement dans ma famille, comme un mariage ou une naissance. Dans la réalité, il existe plus de portraits que ceux que je montre sur mon site. Ma sœur a déjà deux enfants et mon frère en a trois.

C. L. : Pourrais-tu expliquer ta démarche ?

M. K. : Les premières photographies de cette série ont été prises dans la maison de mes parents. Ils n’ont jamais déménagé, c’est là que j’ai grandi. À cette époque, j’habitais à Tokyo et quand je rentrais chez mes parents, c’était comme des vacances : il n’y avait pas de soucis, la nourriture était toujours très bonne, l’ambiance était chaleureuse, j’écoutais mes parents discuter, proposer le programme de la journée, nous nous promenions… On aurait dit un autre monde. Je voulais exprimer mon sentiment de cette « ambiance autre » familiale. J’ai donc décidé de faire des portraits des membres de ma famille dans notre maison. J’ai massivement décoré les scènes de plantes vertes. Les plantes vertes servent à symboliser le paradis. Mais en réalité ces plantes vertes sont fausses, elles sont en plastique, donc les scènes deviennent des paradis artificiels. Au fond, l’image que je présente est fausse, j’imagine que ma famille vit au paradis, mais dans la réalité ce n’est pas tout à fait vrai, nous avons parfois des problèmes, comme tout le monde.

Figure 1 : Mami Kiyoshi, "Tropical Family", 2003

Figure 1 : Mami Kiyoshi, « Tropical Family », 2003

C. L. : Et pour leurs tenues ?

M. K. : Dans ces photographies, j’ai tout décidé. Comme mon père est un moine bouddhiste, je lui ai demandé de poser avec son habit de moine. Mon frère lui est torse nu, je trouvais qu’il n’avait pas besoin de vêtement… haha. Après son mariage, ça a changé, je lui ai fait porter des vêtements. Puis, il a aussi endossé l’habit de moine, car lorsque mon père a pris sa retraite, il lui a succédé. Au Japon, la situation des moines est particulière. Ils ont le droit de se marier, alors que dans les autres pays ils ne peuvent pas. Au Japon, c’est donc généralement des familles qui s’occupent des temples, et au fil du temps, les fils prennent la relève des pères. Avant mon père, c’était mon grand-père qui s’occupait du temple.

C. L. : Quels autres éléments as-tu dirigé ?

M. K. : Les positions et les environnements aussi sont importants. Par exemple dans la première photo (Fig. 1), ils sont tous les quatre attablés, ma mère sert à manger, mon père reçoit la nourriture, quant à mon frère et ma sœur ils sont en train de manger. Les rôles au sein de la maison sont représentés. Dans le portrait de mon frère seul, je l’ai présenté avec sa télé, car il passait beaucoup de temps à regarder la télé et à jouer aux jeux vidéo. Ma sœur, elle, est présentée dans sa chambre, sur son lit. Elle était sur le point de se marier. En réalité, c’est cet événement qui m’a donné le déclic pour commencer cette série. Cela m’a fait prendre conscience des changements qui s’opéraient au sein de ma famille et cela m’a donné envie de les enregistrer. Pour symboliser ce changement, après son mariage j’ai représenté ma sœur, enceinte, allongée dans la même position sur le lit de la chambre de son nouvel appartement et j’ai inversé la gauche et la droite pour faire un effet miroir avant/après.

C. L. : Tu as commencé la série New Reading Portraits très rapidement après, n’est-ce pas ?

M. K. : Avec les photographies de Tropical Family, j’ai remporté le Prix Epson. C’était en septembre 2003. Ça m’a donné confiance, j’avais envie de rapidement passer à la suite et dès novembre décembre, j’ai commencé New Reading Portraits. Quand j’étais étudiante, j’avais réalisé des autoportraits, avec Tropical Family, je me suis tournée vers ma famille. Pour la prochaine étape, je voulais diffuser ma curiosité vers des gens que je connaissais moins bien, même que je ne connaissais pas du tout. Le premier portrait de New Reading Portraits représente une amie d’enfance. Je la connais depuis l’âge de 8 ans. Par hasard, nous avons fait nos études dans la même université. Elle est peintre. Je l’ai représenté avec ses œuvres et sa fille aînée. Comme je la connais bien, ce n’était pas compliqué de réaliser son portrait. Mais la personne qui a posé pour le deuxième portrait (Fig. 2), que nous appellerons Monsieur Grenouille, je ne le connaissais pas très bien. C’est le propriétaire d’une des galeries où j’ai exposé Tropical Family. Le temps de l’exposition, j’avais mis une petite annonce dans la galerie pour chercher des modèles. Il a proposé de poser pour moi. Il est graphiste, artiste, professeur dans une université d’art et collectionneur de Grenouilles. En réalisant cette photo de quelqu’un que je connaissais depuis peu, ça m’a permis de faire un véritable essai.

Mami Kiyoshi, "New Reading Portraits", 2003

Figure 2 : Mami Kiyoshi, « New Reading Portraits », 2003

C. L. : Pour New Reading Portraits, une partie est réalisée au Japon, une autre en Europe. Peux-tu parler de ton expérience en Europe ?

M. K. : Je suis arrivée en France en septembre 2010. Ça fait un peu plus de quatre ans maintenant que je réside à Paris. À l’occasion de déplacements, j’ai aussi réalisé des portraits en province, ainsi qu’en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Grèce. Ce n’est pas l’Europe, mais je suis également allée deux semaines en Chine pour participer à un festival de photographie pendant lequel j’ai réussi à réaliser quatre portraits. Comme le shooting pour un portrait prend deux jours, je suis contente d’avoir pu en faire quatre en plus des obligations autour du festival.

C. L. : Comment es-tu entrée en contact avec les gens que tu as photographiés ici ?

M. K. : Tout d’abord il faut préciser que je ne choisis pas les modèles. Il n’y a pas de sélection de ma part. C’est qui est important pour devenir un de mes modèles, c’est la motivation pour participer au projet et de m’accueillir chez soi. En ce qui concerne la prise de contact, il y a différents moyens. Quand je suis arrivée en France, je ne connaissais personne, je ne maîtrisais pas la langue. J’ai pensé mettre une petite annonce dans une école de langue japonaise en me disant que je rencontrerai des Français qui parlent japonais. Ça a bien marché, j’ai trouvé pas mal de modèles comme ça. Le problème c’est que quelquefois, le jour de la rencontre je me suis rendue compte que la personne ne parlait pas le japonais, donc c’était un peu difficile de mener les entretiens pré-shooting. Maintenant que je parle français, c’est plus simple. Lorsque j’ai exposé à la cité des arts, j’ai mis une petite annonce qui m’a permis de trouver pas mal de modèles. Quand j’ai remporté des Prix, ça m’a donné l’occasion de diffuser mon travail, et lorsque des gens ont vu les publications qui en ont résulté, certains m’ont également contactée pour être des modèles. Enfin, grâce aux personnes que j’ai déjà photographié et le bouche-à-oreille, j’ai trouvé plus de modèles.

C. L. : Une fois que tu as un contact avec un modèle, quel est ton processus ?

M. K. : Le processus du shooting prend deux jours. Durant le premier jour, je réalise un entretien avec le modèle chez lui afin de découvrir qui il est. Je le fais parler de lui, de son travail, de sa famille, de ses passions, de ses envies… Au fur et à mesure de la discussion, je me fais une idée des éléments que je vais retenir pour le portrait, et une fois que j’ai une image en tête, je fais un croquis qui reprend le fond choisi pour le décor (chambre, salon, cuisine, jardin…) et la composition. Je ne suis pas spécialiste d’histoire de l’art, mais j’aime bien l’iconographie de la peinture religieuse, des icônes… je m’inspire souvent de ces images pour décider la composition et la mise en scène. Parfois l’inspiration est très claire, comme le portrait d’un couple que j’ai réalisé en reprenant la composition des Époux Arnolfini de Van Eyck, ou un celui d’une femme qui reprend L’Olympia de Manet. Une fois que la composition est décidée, je demande aux gens de choisir un vêtement qui a une signification particulière pour eux et on prend rendez-vous pour la deuxième étape : le shooting. J’ai fais une vidéo (ci-dessous) qui montre le processus du deuxième jour. On déplace les meubles et les objets pour construire le décor avec des objets particuliers sélectionner pour leur signification. Une fois que tout est prêt, je fais un ou deux essais en polaroid pour vérifier la lumière et le cadrage. Quand tout est bon, je change le boîtier et je passe au film pour shooter. J’utilise un Hasselblad. Ensuite il y a la partie retouche. Je retouche numériquement chaque portrait pour rajouter du contraste et du volume. C’est un peu comme un travail de dessin. Ce processus peut être très long. C’est fini quand je suis satisfaite du résultat.

 Entretien mené par Cecile Laly le 9 février 2015

Pour citer cet entretien : Cecile Laly, « Portrait d’artiste : Mami Kiyoshi », echo.hypotheses.org, 15/03/2015, 04/05/2015, http://echo.hypotheses.org/134

logo_PDFTélécharger au format PDF


Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *